Voici comment vous pouvez protéger votre enfant contre les accidents

Voici comment vous pouvez protéger votre enfant contre les accidents

Les personnes qui ont des enfants ne s’ennuient jamais. Les idées les plus folles traversent en effet l’esprit de ces derniers et les dangers sont omniprésents. Il est également important que les enfants fassent leurs propres expériences, puissent s’amuser et découvrir leurs limites.
Les mamans, les papas, les parrains, les marraines et les grands-­parents doivent donc se livrer à un exercice d’équilibriste: comment puis-­je minimiser les risques sans trop limiter le champ d’action des enfants? Nous avons regroupé quelques conseils concernant la prévention des accidents pour différents groupes d’âge:

Éviter les dangers: petits enfants (de 0 à 3 ans)

Les petits enfants sont de grands explora­teurs et découvreurs dès qu’ils sont capables de marcher à quatre pattes. Ils ne sont toutefois pas encore capables d’évaluer les risques. Les parents doivent donc veiller à réduire les risques dans leur environnement, mais sans le rendre inintéressant pour autant.

Un saut dans le vide
Julia, deux ans, joue aux pompiers avec ses frères et sœurs plus âgés. Il faut qu’elle s’échappe d’une maison en flammes qui est en fait un lit superposé. Son frère et sa sœur déploient une couverture en guise de toile de sauvetage. Mais, pris de panique, son grand frère lâche la couverture au moment où elle saute et Julia plonge la tête la première sur le parquet, très peu ralentie dans sa chute. Elle a de la chance: l’aventure n’a aucune consé­quence, à part une grosse bosse.

  • Jouez à l’enfant de deux ans
    Examinez votre maison ou votre appartement avec les yeux d’un enfant de deux ans: Est-ce que je peux grimper sur l’étagère pour atteindre le beau vase bleu qui se trouve tout en haut? Est-ce que je peux atteindre la fenêtre de la cuisine en m’aidant de la chaise haute? Combien de livres est-ce que je peux retirer avant que maman ne me surprenne? Et que se passe-t-il si j’enfonce la fourchette dans la prise de courant? Est-ce que la lumière va s’allumer?
  • Sécurisez la maison ou l’appartement
    Vous pouvez éviter quelques dangers: assurez les fenêtres contre les chutes potentielles par des poignées verrouillables et empêchez les chutes dans les escaliers par de petites barrières. Certains dangers peuvent être légèrement atténués: rembourrez le sol au pied du lit superposé avec un vieux matelas ou attachez un oreiller ou une peluche au niveau des bords coupants. Dans le commerce, il est possible de trouver des protections contre les angles ainsi que des caches pour les prises électriques. 
  • Offrez-leur la possibilité de se défouler
    Les enfants qui peuvent se défouler dans les jardins, les aires de jeu ou sur un parcours Vita ont moins besoin de semer le désordre dans la maison. En bougeant, votre enfant peut apprendre ses limites et développer sa motricité. Il sera alors moins susceptible de se blesser dans la vie quotidienne. Par ailleurs, l’exercice physique est important pour son développement psychique et intellectuel.

Identifier les risques: enfants en âge d’aller au jardin d’enfants (4 à 6 ans)

À cet âge, votre enfant a envie de découvrir le monde, et de préférence avec vous. Son univers s’étend et peut-être parcourt-il déjà de petites distances tout seul, pour aller et revenir du jardin d’enfants, par exemple. Les voitures à pédales et les tricycles ont été remplacés par les trottinettes et les vélos.

Moment de panique à la piscine. 
Aaron, qui a 4 ans, n’en finit plus de glisser sur le toboggan aquatique. Comme il porte des brassards, peu importe qu’il n’ait pas pied. Après avoir fait une petite pause et mangé une glace, il retourne au toboggan, mais oublie de remettre ses brassards. Cette fois-ci, il coule comme une pierre et reste coincé sous l’eau en état de choc. Sa mère saute immédiate­ment dans le bassin. Aaron s’en sort avec une grosse peur. 

  • Armez votre enfant contre les dangers de la circulation routière
    Si votre enfant est en âge préscolaire, il n’est pas encore capable d’évaluer les dangers de la circulation routière. Exercez-vous ensemble à pratiquer certaines situations et convenez de règles fermes, comme par exemple: «Pas de casque de vélo, pas de vélo.» Vous devez néanmoins vous attendre à ce que votre enfant oublie tout lorsqu’il joue. Habillez votre enfant de vêtements clairs et d’un gilet réfléchissant afin qu’il soit bien visible. 
  • Faites particulièrement attention lorsque vous vous garez
    Des accidents mortels se produisent mal­heureuse­ment sans cesse, car des enfants se font écraser par des voitures en train de se garer, souvent par leurs propres parents, alors qu’ils sont en train de jouer. Faites donc particulière­ment attention lorsque vous reculez. En effet, les enfants partent souvent du principe que les autres les ont vus. Alors, lorsque vous vous garez, envoyez plutôt les enfants s’asseoir un moment sur un banc. 
  • Sachez reconnaître les moments délicats
    Que ce soit sur les pistes de ski, en jouant dans le jardin ou en randonnée, le risque d’accident est nettement plus élevé lorsque votre enfant est énervé, fatigué ou surmené. Les enfants ne sont pas tous capables de savoir quand ils doivent s’arrêter. Généralement, c’est à vous de fixer les limites. Restez attentifs afin de vous rendre compte à quel moment leur humeur bascule. Vous éviterez ainsi les accidents de fatigue.

Atténuer les dangers: élèves du primaire (7 à 12 ans)

S’il est en école primaire, votre enfant se sent déjà grand et indépen­dant. Il a plus confiance en lui et est capable de mieux estimer ses possibilités. Comme son rayon d’action est plus étendu, il se retrouve confronté à des dangers tout à fait nouveaux. À la fin de l’école primaire, la puberté peut déjà faire son apparition et, sous l’effet des change­ments hormonaux, votre jeune progéniture peut avoir envie de prendre plus de risques.

Sa bonne étoile veille sur lui
Il s’en est sorti de justesse: lorsque le petit Valentin de 11 ans déboule à toute vitesse de l’impasse sur son vélo, la voiture qui arrive dans la rue du quartier a juste le temps de freiner à fond. Valentin tombe de son vélo et s’en sort avec quelques égratignures au ventre. Si la voiture avait roulé aux 50 km/h autorisés, personne n’ose imaginer ce qu’il se serait passé.

  • Offrez-leur de l’action
    À l’école primaire, de nombreux enfants débordent d’une énergie qu’ils peuvent extérioriser, notamment pendant les cours de sport. Si votre enfant se sent bien dans son corps, il est capable de mieux réagir en cas de chute ou de danger. Réfléchissez avec lui au type de sport qui lui convient et profitez de cette occasion pour pratiquer une activité sportive avec lui. Tout le monde s’amuse et se fait du bien.
  • Percevez la dynamique du groupe
    Peut-être avez-vous déjà fait le constat suivant chez votre enfant? À l’école primaire, beaucoup d’enfants sont tout à fait raisonnables lorsqu’ils sont seuls, mais, en groupe, ils se mettent à rouler à toute vitesse sur leurs vélos, veulent impressionner par des sauts prodigieux à la piscine ou organisent des jeux de combat sur le trampoline. Prenez-en conscience et restez à proximité. Au besoin, vous pouvez également vous armer de courage pour dire «non».
  • Protégez vos amateurs de sensations fortes
    Les statistiques montrent que les jeunes sont extrêmement exposés aux accidents du sport et de la circulation, car ils ont tendance à prendre plus de risques. Certaines filles recherchent également les montées d’adrénaline. Votre enfant fait-il partie de ce groupe? Donnez-lui la possibilité de tester ses limites dans des conditions contrôlées, par exemple en faisant de l’escalade en salle ou de l’accrobranche.

En cas d’invalidité, les enfants ont l’air rapidement vieux sur le plan financier

Peu de personnes se rendent compte à quel point les enfants qui deviennent invalides suite à un accident ou à une maladie grave sont désavantagés. Ils peuvent unique­ment compter sur les prestations de l’AI ainsi que sur des prestations complé­mentaires. Mais comme ils n’ont pas eu la chance de rentrer dans la vie active d’un adulte, ils ne perçoivent pas les prestations d’invalidité beaucoup plus généreuses de la caisse de pension.

Afin de combler cette lacune, Zurich a développé l’assurance enfants «Junior». En fonction de la couverture choisie, elle verse jusqu’à 1,9 million de francs pendant la vie de votre enfant et, dans le pire des cas, lui redonne un peu d’indépendance et d’autodétermination. 

Plus d’articles

Le rêve de Tonino: plus de sécurité pour les enfants

Tonino Di Antonio a une vision: avec des vélos sûrs, aider les enfants à se déplacer, et ainsi rassurer les parents. Pourquoi sa startup «frezzo.ch» a-t-elle autant de succès?

Qu’ai-je le droit de faire avec mon drone?

Les drones enthousiasment grands et petits. Mais attention: s’ils sont un passe-temps très divertissant, ils peuvent aussi attirer de vrais ennuis.

Voyager avec des enfants

Pour voyager avec des enfants, il faut des nerfs solides. Des conseils avisés pour un voyage serein – en voiture, en train, en avion...