Matthias Glarner et son plus gros combat

Matthias Glarner et son plus gros combat

Il était à l’apogée de sa carrière. Pourtant, Matthias Glarner, le roi de la lutte, est tombé très bas – au sens littéral du terme. Il a survécu de justesse à sa chute de douze mètres. Matthias Glarner, le roi de la lutte, est en train de livrer le combat le plus dur de sa vie – après un accident grave, il travaille sur lui pour revenir au sommet. Il est convaincu qu’il peut relever ce défi.

Souverain, Matthias Glarner a triomphé à la Fête fédérale de lutte de l’été 2016 et a été élu roi de la lutte devant 50’000 spectateurs. Ce moment a été sans aucun doute le temps fort de sa carrière. Pourtant, un an plus tard, un coup du destin est venu complètement bouleverser sa vie – jusqu’à aujourd’hui.

Du sportif professionnel au patient

Lors d’un shooting photo dans un téléphérique, cet homme originaire de Meiringen a fait une chute de douze mètres. Il a survécu, mais s’est gravement blessé au bassin et aux articulations de la cheville. En quelques secondes, il est passé de sportif professionnel en pleine forme à patient gravement blessé. Matthias Glarner ne croit pas au destin. Même avant l’accident, il appréciait déjà la vie. Pourtant, il ne peut s’empêcher de faire la remarque suivante: «C’est impressionnant de voir à quel point la vie peut basculer en quelques dixièmes de secondes. Une petite inattention suffit pour tout bouleverser.»

Une bonne prévoyance l’a sauvé

Heureusement, Matthias Glarner était préparé contre les coups du sort et avait tout prévu grâce à de bonnes assurances. «Il n’est pas inutile de se poser certaines questions suffisamment tôt: Que se passera-t-il si? Quelles seront les conséquences sur moi et mon entourage en cas de profonds changements? A posteriori, je suis très content de m’être bien assuré.» Ceci est d’autant plus vrai qu’à l’été 2018, il a souffert d’un contre-temps dans le processus de guérison, un an après cette chute aux conséquences graves.

Un retour au sommet malgré un contretemps

Son pied gauche blessé n’a pas supporté l’intensité de l’entraînement et il a dû être à nouveau opéré. Pour Matthias Glarner, ce n’était pas une raison de s’en prendre au destin. «J’ai évalué la situation sans me voiler la face. Il fallait que je me fasse réopérer afin de pouvoir atteindre mon but suprême.» Son entourage lui a apporté son soutien et redonné espoir. Sans les bonnes personnes à ses côtés, jamais il n’aurait pu remonter la pente.

Pas de place pour les compromis

Matthias Glarner veut retourner aussi rapidement que possible dans la sciure de bois. Il suit donc un traitement de rééducation pour se reconstruire. «Je n’ai pas de place pour les compromis. Je m’investis à fond pour récupérer physiquement. Mon but est également de rester en forme, même après la lutte.» Aujourd’hui, il se concentre d’ores et déjà sur la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres qui aura lieu cet été à Zoug. Il a bien l’intention de montrer de quoi il est capable. Cet objectif lui donne l’énergie nécessaire pour, grâce à un travail minutieux et acharné, voler vers la victoire. «Le succès se planifie et ma faim est immense. Je suis convaincu que ma carrière de lutteur n’est pas encore terminée.»

Matthias Glarner en bref

Ce jeune homme de 33 ans originaire de l’Oberland bernois est membre du club de lutte de Meiringen. Dans sa carrière, il a remporté 100 couronnes, dont trois lors de fêtes fédérales.   
En plus de la lutte, Matthias Glarner a suivi une formation de polymécanicien avant d’obtenir un bachelor et un master en sciences du sport et en histoire.  
Après plusieurs années en tant que professeur d’éducation physique, il travaille actuellement entre 60 et 80% au sein de la société Bergbahnen Meiringen Hasliberg en tant que gestionnaire de personnel.