Entreprise en feu – l’aide apportée par Zurich

bon travail d'équipe

Entreprise en feu – l’aide apportée par Zurich

Après un important incendie, une entre­prise de peinture tessinoise est à l’arrêt. Il a fallu dix mois pour que toutes les installations soient de nouveau opérationnelles. Le propriétaire nous raconte comment il a réussi à sur­monter cette situation cauche­mardesque grâce à Zurich.

Alarme sur le téléphone

Quand l’alarme a retenti sur son télé­phone, Fabrizio Dotta a d’abord cru que c’était une fausse alerte. Mais une fois sur place, ce qu’il craignait le plus s’était produit: son entre­prise, Metallizzazione SA, était en feu. Totale­ment démuni, il est retourné à l’entreprise le 14 septembre 2017 pour constater que le feu avait détruit une grande partie des installations de production. «À ce moment-­là, c’est le choc», se souvient l’ingénieur de l’EPFZ. «On n’imagine pas que tout puisse partir en fumée un jour – C’est simple: on n’y croit pas.»

Incendie dans l’entreprise: le cauchemar se réalise

La société tessinoise Metallizzazione SA, fondée en 1957 à Lamone, près de Lugano, est spécialisée dans la galvani­sation à chaud, la peinture par pulvéri­sation, la peinture liquide industrielle et le traitement du zinc lamellaire. L'une des prestations de service proposée est la protection incendie. Ironie du sort, l’entreprise a elle-même été victime d’un important incendie. Quelques semaines avant l’incendie, une averse de grêle avait fortement endommagé les toitures de plusieurs halls et du bureau. Encore un sinistre? Au début, Fabrizio Dotta avait du mal à y croire. La nuit de l’incendie, il s'est couché à une heure du matin – en espérant «se réveiller le lendemain en se disant que ce n’était qu’un mauvais rêve». 

Un dommage de plusieurs millions

Mais le lende­main, la vision était encore plus choquante. L’installation de poudrage est totalement détruite et la zone de peinture liquide est fortement endommagée. Selon les premières estima­tions, le coût total avoisine les deux millions de francs. Fabrizio Dotta contacte immédiatement Zurich. L’inspecteur des sinistres compétent est Francesco Schramm, un expert chevronné. Il se rend immédiate­ment sur place pour avoir une idée de l’étendue des dégâts. Ensemble, Fabrizio Dotta et l’inspecteur des sinistres définissent les premières mesures pour pouvoir maintenir au moins une partie de la production. Francesco Schramm fait égale­ment appel à un ingénieur externe pour les conseiller dans la recon­struction. «Monsieur Schramm a été d’un immense soutien pendant cette période difficile», se rappelle le chef d’entreprise.

La survie de l’entreprise grâce à une aide rapide

Dans les semaines et mois qui suivent, le but est de reconstruire les installations détruites. L’objectif était de garder le plus de clients possible. «Heureuse­ment, un concurrent nous a aidés et a réalisé des travaux pour nous», raconte Fabrizio Dotta. «Nous avons ainsi pu continuer à offrir nos services à nos clients.» Malgré cela, les pertes de rendement ont été considér­ables. Il a fallu presque une année pour que l’entreprise redevienne totale­ment opérationnelle. Metallizzazione a survécu parce que Fabrizio Dotta était également couvert contre la perte d’exploitation dans l’assurance choses. Francesco Schramm peut donc verser des acomptes sans attendre. Avec du recul, Fabrizio Dotta déclare: «Zurich a été un assureur formidable et nous a beaucoup aidés. Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est vraiment grâce à Zurich.»

Éviter d’autres incendies à l’avenir

L’origine exacte du sinistre n’est pas encore connue à ce moment-­là. Comme toujours dans ce type de situation, la police mène égale­ment une enquête. Il peut être ici exclu qu’une erreur ou un acte intentionnel puisse être à l’origine de l’incendie. Toutes les parties concernées peuvent respirer. «Ce fut une période également très difficile pour mes collabo­rateurs», raconte Fabrizio Dotta. Même s’il n’y a pas assez de travail pour tout le monde, il n’a licencié personne. «Les prestations de Zurich m’ont permis de me comporter comme un entre­preneur responsable», juge Francesco Dotta. Après l’incendie, il investi davantage dans la prévention: «Nous organisons régulière­ment des exercices avec les pompiers. Cela rassure également mes employés qui sauront garder la tête froide en cas d’urgence.»

Zurich: la solution appropriée pour les PME

L’assurance choses couvre tout l’inventaire contre des risques, tels que les risques d’effractions ou de dommages naturels. Les incendies en font également partie. La couverture All Risks de Zurich assure tous les dommages qui ne sont pas explicitement exclus. Grâce aux modules, vous pouvez composer votre combinaison d’assurances personnelle. Si vous le souhaitez, vous pouvez également inclure l’immobilier, les appareils techniques, les transports ou les cyber-risques en plus de l’inventaire d’exploitation. En option, vous pouvez aussi assurer la perte d’exploitation. Trouvez la couverture dont votre entreprise a besoin.

Plus d’articles

médecin parlant au patient

Responsabilité civile professionnelle pour les professions médicales et de la santé

En médecine, des petites erreurs peuvent avoir de lourdes conséquences. Voici comment se protéger quand le pire arrive.
le lavabo est réparé

Entreprise: petites erreurs, grandes conséquences

Dans le monde de l’économie, quand quelque chose ne va pas, cela peut vraiment coûter cher: les cinq causes les plus fréquentes de cas de responsabilité civile dans les entreprises.
Interview  Doris Fiala

Cyber-sécurité: «Un risque résiduel demeure toujours»

Les PME suisses sont une cible de choix pour les pirates informatiques. Il est donc d’autant plus important que ces entreprises aient conscience de ces cyber-risques et qu’elles se protègent au mieux.