Été, soleil, eau et risques

Été, soleil, eau et risques

La sortie à la piscine n’est jamais ennuyeuse avec les enfants: pendant que les plus grands se poussent dans l’eau, le petit dernier glisse à toute vitesse sur le toboggan aquatique. Mais où sont donc ses brassards?

Pour beaucoup de personnes, les après-midis ensoleillées au bord de l’eau font partie des plus beaux souvenirs de jeunesse. On pense moins volontiers aux accidents qui se produisent malheureusement régulièrement: et pourtant 50 personnes, dont 3 enfants de moins de 9 ans, se noient tous les ans en Suisse. Selon le Bureau de prévention des accidents (bpa) la noyade est la deuxième cause d’accident mortel chez les enfants après les accidents de la route. Le bpa estime qu’à chaque accident aquatique ayant une issue fatale s’ajoute un autre accident qui provoque des lésions irréversibles.

La mort silencieuse

C’est ce qui rend l’eau aussi dangereuse: les enfants se noient sans bruit. Lorsqu’ils sont à bout de force, ils sombrent tout simplement, sans cris et sans se débattre avec les bras. Ce sont surtout les enfants en bas âge qui sont en danger car ils se retrouvent dans une sorte d’état de choc une fois la tête sous l’eau. Selon la situation, 30 secondes à peine sous l’eau peuvent déjà avoir de graves conséquences. C’est pourquoi, le responsable du service de presse du bpa, Marc Bächler, recommande l’attitude suivante: «Restez toujours à proximité immédiate des enfants en bas âge, à savoir à une distance maximale de deux mètres.» Il est indispensable de rester vigilant: celui qui chatte sur son portable ou écrit des e-mails est aveugle et sourd aux éventuelles situations d’urgence de l’enfant.

Restez toujours à proximité immédiate des enfants en bas âge.

Un enfant qui a passé plusieurs secondes sous l’eau de manière involontaire doit être mis après sauvetage en position latérale de sécurité stable et le cas échéant sous assistance respiratoire. Il est important de surveiller l’enfant de près aussi dans les 24 heures qui suivent l’accident. Car dans de rares cas, il peut être victime de «noyade sèche» si de l’eau a pénétré dans les poumons et bloque plusieurs heures après les voies respiratoires.

Jouer le scénario de la situation dangereuse

Il ne suffit pas de surveiller que les petits enfants, mais aussi les enfants d’écoles maternelles et les élèves du premier cycle. Cela peut être dangereux pour eux s’ils surestiment leurs forces ou qu’ils paniquent. Cela s’applique notamment aux cours d’eau et aux eaux libres, mais aussi à la piscine. Les compétences aquatiques constituent à cet âge la meilleure protection, explique Marc Bächler: «C’est pourquoi, il est judicieux que vos enfants apprennent à nager.» Les bonnes écoles de natation sont certifiées par le label «aquality.ch». Le bpa recommande en outre que les enfants passent le contrôle de sécurité aquatique (CSA) avant l’âge de 9 ans. Les enfants y reproduisent une situation dangereuse: ils plongent dans l’eau, doivent se tenir au même endroit pendant une minute puis nager 50 mètres. Celui qui y parvient, peut sans doute aussi se sauver s’il est jeté dans l’eau profonde à la piscine ou s’il tombe de la passerelle dans l’eau du lac.

4 victimes de noyade sur 5 sont de sexe masculin.

L’alcool et la prise de risques: cela peut mal se terminer.

La majorité des victimes de noyade sont des adolescents ou des nageurs adultes qui nagent dans des fleuves ou des lacs. L’eau froide ou les courants peuvent leur être fatals. Ils surestiment la distance qu’ils peuvent réellement parcourir ou perdent à un moment donné leurs forces. Notamment lorsqu’ils sont en état d’hypoglycémie ou qu’ils ont bu de l’alcool. La règle suivante s’applique: celui qui s’éloigne du rivage doit s’équiper d’accessoires d’aide à la natation ou être accompagné dans l’eau. Le facteur de risque essentiel est d’ailleurs à tout âge le sexe. Les garçons et les hommes ont manifestement une plus grande propension au risque que les filles et les femmes. Selon une étude du bpa 4 victimes de noyade sur 5 sont de sexe masculin.

En toute sécurité à la mer

Même les personnes qui savent nager doivent reprendre leurs marques lorsqu’ils passent leurs vacances au bord d’un lac ou de la mer. L’eau est souvent trouble. On peut rencontrer des animaux ou des plantes quand on nage et la surface est beaucoup plus vaste qu’une piscine. C’est pourquoi Marc Bächler recommande: «Accompagnez votre enfant dans l’eau et apprenez-lui les règles essentielles.» Entre autres: ne saute jamais dans l’eau si tu n’en connais pas la profondeur. Reste à proximité du rivage et à portée de voix. Et prends garde aux courants qui t’éloignent du rivage. Ce que les enfants devraient également savoir: la recherche de coquillages à marée basse dans le sable mouillé est une activité très plaisante. Mais celui qui s’aventure trop loin risque d’avoir de mauvaises surprises lorsque la marée remonte.

Lorsque la licorne plonge

Les matelas gonflables, les licornes gonflables ou les bouées contribuent encore davantage au plaisir de la baignade. Ils doivent toujours être équipés de deux chambres à air distinctes pour que même en cas de trou la licorne ne soit pas immédiatement engloutie sous l’eau avec l’enfant. Mais ces accessoires d’aide à la natation ne remplacent pas les compétences de natation. Ceci s’applique également aux brassards. Cela peut être dangereux lorsque le non-nageur enlève ses brassards sans qu’on s’en aperçoive et pénètre à nouveau dans l’eau. Les brassards ne devraient de toute façon pas être utilisés trop longtemps, car l’enfant adopte en les portant une mauvaise position du corps dans l’eau: au lieu d’être à l’horizontale, l’enfant coulera à la verticale comme une flèche.

L’eau est un élément formidable. Personne ne devrait avoir peur de l’eau. Mais un respect raisonnable de la part des parents et des enfants est important afin d’éviter efficacement les situations dangereuses.


Marc Bächler, responsable communication du bpa

Les enfants dans l’eau

Les frais médicaux générés par des accidents aquatiques sont couverts chez les enfants par la couverture accidents de la caisse d’assurance-maladie. Les conséquences à long terme, telles que l’incapacité de gain peuvent être couvertes en souscrivant une assurance privée, par exemple à l’assurance-enfants Zurich Junior. Les personnes exerçant une activité lucrative sont en principe assurées par l’intermédiaire de l’employeur et éventuellement par le biais d’une assurance privée en plus. Bon à savoir: les prestations peuvent être réduites en cas de comportement imprudent.