Tempête

Tempête

UNE FORCE TEMPÉTUEUSE

Plus les chutes de température sont grandes, plus les vents sont forts. Bien que la Suisse ne soit pas un pays à vent classique, les tempêtes hivernales et les vents descendants dans les montagnes, comme le foehn, peuvent se révéler dangereux.

Lothar est considéré comme la tempête la plus violente qu’ait connue notre pays. Elle a provoqué des dégâts pour environ 1,8 milliard de francs et causé la mort de 29 personnes. Comment a-t-elle pu se produire? D’autant plus que les zones habitées sont relativement bien protégées contre les tempêtes violentes de grande ampleur en raison de leur situation géographique et de leur topographie. La cause relevait d’une différence de pression extraordinaire (jusqu’à 63 hectopascals) entre un anticyclone au-dessus des Açores et une dépression au-dessus de l’Islande, ce qui a provoqué des vents de compensation de la force d’un ouragan sur toute l’Europe occidentale.

En général, la chaîne du Jura et les Alpes protègent le Plateau et les vallées alpines du vent. En Suisse, les tempêtes violentes sont ainsi plus rares que, par exemple, dans les régions côtières d’Europe du Nord et de l’Ouest. En raison de leur situation, certaines vallées peuvent se transformer en véritables souffleries. En font partie, en sus du Plateau, les vallées à foehn de l’Oberland bernois ainsi que de Suisse centrale et orientale – lorsque de vents violents soufflent du Tessin ou quand le vent du nord déclenche du foehn. Les ouragans de foehn peuvent ravager des forêts entières et renverser des échafaudages, entraînant des dégâts massifs aux bâtiments et aux infrastructures.

Les vitesses maximales du vent sont en général mesurées à des endroits inhabituels, au sommet des montagnes, sur les cols ou sur la crête des Alpes et le Jura. C’est pourquoi les principaux parcs éoliens de Suisse se trouvent sur les crêtes du Jura au nord-ouest de la Suisse et à Gütsch ob Andermatt.

Les vents se déclenchent pour compenser les différences de température et de pression -atmosphérique. Plus les chutes de température et de pression sont grandes, plus les vents sont forts. Un vent est qualifié de tempête lorsqu’il souffle à 75 kilomètres par heure (force 9, échelle de Beaufort). Lorsque la vitesse du vent dépasse 117 kilomètres par heure, on parle d’ouragan (force 12). Les tempêtes les plus violentes, dont celles de secteur ouest, touchent la Suisse en général en hiver. En revanche, les cyclones ne se produisent pas sous nos latitudes, ils touchent seulement les régions subtropicales. En Suisse, bien qu’extrêmement violentes, les tornades sont rares et ne surviennent que localement. Les trombes d’eau s’abattant sur les lacs sont un brin plus fréquentes.

DÉMARRER L’ANALYSE Retour a la page d'accueil

Dangers naturels en Suisse

BackToTop