L'assurance risque-décès: une grande sécurité à petit prix

L'assurance risque-décès: une grande sécurité à petit prix

Personne n'aime penser à la mort. Nous vous conseillons pourtant de le faire et de prendre les précautions nécessaires. Si le pire se produit, votre famille, vos amis et vos partenaires en affaires seront de quoi il retourne et auront moins de soucis.

Un décès est un bouleversement. Soudain, le père, la sœur ou l'époux disparaît et rien n'est plus comme avant. La douleur affective est déjà bien assez grande pour que des soucis d'argent ne viennent aggraver la situation. Personne ne sait ce que nous réserve l'avenir. Mais on peut au moins prendre des précautions financières. Avec l'assurance risque-décès.

Si le revenu principal disparaît d'un jour à l'autre, il laisse un trou béant dans le budget du ménage.

Une prime annuelle peu élevée permet déjà de garantir le versement d'une somme à six chiffres en cas de décès. Choisissez judicieusement la somme afin qu'elle couvre les dépenses effectives de vos proches: dépenses courantes, formations en cours, remboursement d'hypothèques, versement aux partenaires en affaires ou frais d'inhumation.

CINQ BONNES RAISONS DE SOUSCRIRE UNE ASSURANCE RISQUE-DÉCÈS

1. Sécuriser l'avenir de ses enfants

Vos enfants sont ce que vous avez de plus cher. Peu importe les aléas de la vie, les enfants doivent conserver toutes leurs chances, même s'ils sont appelés à suivre une formation coûteuse, à effectuer un séjour linguistique désiré de longue date ou à investir beaucoup de temps et de travail dans des études. Leur vie ne doit pas être frappée de renonciations. Chaque grand projet ne doit pas vider les caisses du ménage.

2. Couvrir son conjoint

Plafonnée à 1'880 francs par mois, la rente de survivants du premier pilier (AVS) est mince, même pour les personnes mariées. Souvent, les personnes concernées peuvent prétendre à des prestations dans le cadre du deuxième pilier (LPP). Mais cela suffit-il à couvrir toutes les dépenses? Il tient à vous, aujourd'hui, d'accroître ce budget. S'il est certain que le ou la survivant(e) ne pourra trouver rapidement un emploi ou, si c'est tout de même le cas, un emploi peu rémunéré, il est recommandé de se procurer une couverture supplémentaire.

3. Partenaires en concubinage

Vous souhaitez savoir votre partenaire en sécurité, même sans acte de mariage. L'assurance risque-décès est l'instrument adéquat. Contrairement aux personnes mariées et à celles qui vivent en partenariat enregistré, la loi n'accorde aucun droit d'héritage aux concubins. Ils ne perçoivent également aucune rente de veuf ou de veuve de l'AVS. Enfin, les caisses de pension (LPP) paient seulement sous certaines conditions.

4. Préserver son logement en propriété

Souhaitez-vous que votre famille conserve son logement en toute circonstance? Avec le versement en cas de décès, vos survivants ont la possibilité de rembourser l'intégralité ou une partie de l'hypothèque. Votre famille peut donc décider elle-même comment et où vivre à l'avenir.

5. Continuité de l'entreprise

Vous êtes propriétaire ou associé d'une entreprise dont le succès dépend beaucoup des personnes qui la composent? Les partenaires en affaires peuvent se couvrir mutuellement à peu de frais pour assurer la survie de leur entreprise.

Assurance risque-décès: c'est aussi simple que ça.

En principe, la procédure de souscription d'une assurance risque-décès est simple. Vous choisissez d'abord le montant du capital à verser et la durée du contrat. Ensuite, vous désignez le ou la bénéficiaire à qui sera versé(e) la somme d'assurance si vous décédez. Vous vérifiez dans le même temps si vous avez besoin d'une couverture du risque constante ou en diminution progressive. Vous pouvez calculer en ligne la prime correspondant à la couverture d'assurance souhaitée.

Il est toutefois recommandé de discuter de votre situation actuelle avec un spécialiste, qui déterminera vos besoins et vous en informera. Ainsi, vous vous assurerez de couvrir la bonne personne et de choisir la bonne couverture d'assurance qui permettra à vos proches de financer par exemple leurs dépenses courantes, le remboursement d'hypothèques, un versement à vos partenaires en affaires, les formations en cours et les frais d'inhumation.

Dépendez-vous des revenus d'une autre personne? Des possibilités s'offrent à vous pour couvrir une autre personne, tout en bénéficiant vous-même d'avantages. Faites-vous conseiller par un expert. Par ailleurs, vous conservez votre flexibilité: si un changement survient dans votre vie, vous pouvez modifier votre couverture d'assurance.

En sus de vos mesures financières de prévoyance, un testament clairement rédigé aidera vos proches. Si le partage du patrimoine est clairement réglé, les survivants n'auront pas de doute quant à leurs prétentions éventuelles.

Astuces: le testament

Quel est le moment opportun pour rédiger mon testament?

Testament

Les raisons de rédiger un testament sont multiples. Le testament est particulièrement conseillé aux familles et aux couples de concubins.

Partage du patrimoine

Le droit suisse accorde une part égale de l'héritage au conjoint d'une part et aux enfants du défunt d'autre part. Il se peut donc que le conjoint survivant soit contraint de vendre la maison pour verser aux enfants les sommes qui leur reviennent légalement. Un contrat de mariage ou un pacte successoral passé devant un notaire peut prévenir ce cas de figure en déterminant la masse de biens qui revient au conjoint survivant et la masse répartie entre les héritiers.

Couples en concubinage

Contrairement aux héritiers légaux, les concubins ne peuvent obtenir aucun avis de décès ni certificat d'héritier auprès de l'office de l'état civil. Or, l'un de ces documents doit être présenté pour justifier de prétentions dans le cadre d'une assurance risque-décès.

Le concubin doit donc impérativement figurer au rang des héritiers dans le testament et connaître l'emplacement de la police. C'est la seule manière pour le partenaire survivant d'exiger le versement du capital-décès.

Puisque le partage orienté du patrimoine est souvent un sujet complexe, il est recommandé de demander conseil à un spécialiste (avocat, notaire ou fiduciaire) pour planifier sa succession.

Comment rédiger mon testament?

Un testament doit être rédigé de la main de son auteur et avoir valeur d'acte authentique. Il est par ailleurs recommandé de rédiger son testament dans un langage simple et compréhensible.

 

  • Écriture manuscrite
    Il est important de rédiger son testament de A à Z d'une écriture manuscrite, date comprise, et d'y apposer sa signature. Il est aussi possible de faire appel à un notaire, qui rédigera le testament et lui donnera sa forme authentique, par exemple si on ne peut pas (plus) écrire ou en présence d'une situation très complexe.
  • Dispositions claires
    Autre règle: le texte doit être aussi simple et clair que possible afin de supprimer toute liberté d'interprétation. Par exemple: «Je limite la part de mes héritiers aux réserves héréditaires. Le reste du patrimoine revient à mon conjoint/ma conjointe.»

Comment m'assurer que mon testament sera trouvé?

Le plus important est que les bonnes personnes trouvent le testament et que personne ne subtilise le document.

 

  • À éviter: le tiroir de la table de nuit et le coffre-fort
    Qui sait combien de testaments disparaissent parce que personne ne les trouve, perdus dans un tiroir quelconque? Les professionnels déconseillent de conserver son testament manuscrit chez soi ou dans un coffre-fort bancaire. Il pourrait ne pas être trouvé ou tomber entre de mauvaises mains.
  • Plus sûrs: le notaire ou les autorités communales
    Les personnes qui font rédiger et authentifier leur testament par un notaire peuvent aussi lui confier sa conservation. Sinon, on peut également demander à sa commune où il est possible de déposer officiellement son testament. Dans chaque canton, une autorité publique est chargée de conserver les testaments. Il s'agit le plus souvent de la commune de résidence.