La majeure partie de ma fortune se trouve dans la caisse de pension – pourquoi dois-je en être conscient?

Joueuse de hockey au maillot 57

La majeure partie de ma fortune se trouve dans la caisse de pension – pourquoi dois-je en être conscient?

L’argent du 2e pilier, de la caisse de pension, constitue souvent la source de revenus principale à la retraite. Pour bien se couvrir, chacun et chacune d’entre nous doit savoir aussi précisément que possible combien d’argent il ou elle touchera par pilier. Ainsi, on peut planifier son avenir et combler les lacunes éventuelles.
Pour de nombreux actifs, c’est dans la caisse de pension que se trouve la majeure partie de la fortune: ils y épargnent un capital pour leur retraite. Souvent, il s’agit de plusieurs centaines de milliers de francs. Mais la majorité des actifs, soit 57%, n’a pas conscience que l’argent leur appartient personnellement. C’est le résultat d’une récente étude sur le fairplay dans la prévoyance professionnelle réalisée par la Zurich Compagnie d’Assurances SA et les fondations collectives Vita en collaboration avec l’institut de recherche Sotomo. Cette confusion s’explique par une bonne raison: l’argent pour la caisse de pension est directement déduit du salaire. On s’en rend donc moins compte.

Épargner pour soi même

Dans ce contexte, le capital de la caisse de pension est la principale source de revenus à la retraite pour la plupart d’entre nous: il est utilisé pour financer la rente du 2e pilier. Mais dans certains cas, les avoirs de caisse de pension peuvent aussi être utilisés pour démarrer une activité indépendante ou acheter un logement en propriété.

Pour la rente du 2e pilier, chacun épargne pour soi – en théorie. Car actuellement, les retraites promises par le passé ne peuvent plus être financées en intégralité, notamment en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et des faibles taux d’intérêt.

2e pilier: une redistribution indésirable

C’est pourquoi les caisses de pension n’ont d’autre solution que de financer les rentes des retraités actuels avec les revenus des placements des personnes actives. D’après une étude de l’Institut d’économie de l’assurance de l’Université de Saint-Gall (HSG) réalisée en 2021, pour chaque cotisant(e), un montant moyen de CHF 1’000 est redistribué chaque année. Suivant la situation, le 2e pilier peut également présenter des lacunes – en raison du chômage, d’une activité à temps partiel, de séjours à l’étranger ou pour les personnes arrivées en Suisse à l’âge adulte. 

1er pilier: un financement insuffisant

Le 1er pilier, qui correspond à l’AVS, fait face à des défis de taille lui aussi. Dans ce pilier, toutes les rentes sont payées à partir d’un pot commun – en se fondant sur le système dit de répartition. Ce concept remonte à une époque à laquelle on faisait encore beaucoup d’enfants et où il y avait par conséquent beaucoup plus de main-d’œuvre jeune que de retraités. On constate aujourd’hui déjà une insuffisance de financement. Lorsque les personnes nées pendant la période de forte natalité prendront leur retraite, ce déficit de financement se creusera encore. En parallèle, comme dans le 2e pilier, le 1er pilier peut présenter également une lacune de cotisations individuelles: on ne reçoit la rente AVS intégrale qu’après avoir versé des cotisations sans aucune interruption pendant 44 ans (hommes) ou 43 ans (femmes).

Les rentes du 1er et du 2e pilier seront-elles suffisantes?

Qu’est-ce que cela signifie pour nous en tant qu’assurés? Le système à trois piliers de la prévoyance Suisse compte parmi les meilleurs au monde. Pourtant, le 1er pilier (AVS) et le 2e pilier (prévoyance professionnelle) doivent être réformés afin de rester viables à l’avenir. En outre, de nombreuses personnes présentent l’une ou l’autre lacune dans la prévoyance étatique ou la prévoyance professionnelle. La règle d’or: avec le 1er et le 2e piliers cumulés, en l’absence de lacunes importantes, on peut espérer environ 60% du revenu perçu pendant la vie active. Sans réforme des deux premiers piliers, ce pourcentage baissera à l’avenir.

S’informer pour mieux se couvrir

Il est important d’accorder à la prévoyance l’attention qu’elle mérite et de se pencher sur la question: Quelle est ma situation de prévoyance personnelle? Quels versements puis-je attendre des 1er et 2e piliers? Ce revenu me suffira-t-il ou aimerais-je disposer de davantage d’argent? Si je souhaite profiter d’une plus grande liberté financière, le 3e pilier m’offre de nombreuses options d’épargne ou de placement. 

Un conseil en prévoyance individuel chez Zurich permet par exemple d’obtenir une vue d’ensemble des trois piliers et présente les options pour améliorer sa situation de prévoyance personnelle. En effet, comprendre la prévoyance est indispensable pour pouvoir prendre son avenir en main. Accordons à la prévoyance l’attention qu’elle mérite! 

Plus d’articles

femme au bureau

Profiter davantage de la vie grâce à une prévoyance intelligente

Vous profitez de la vie et aimeriez le faire à l’avenir également? Voici quelques conseils pour épargner de manière optimale une partie du salaire.
Jeune femme jouant avec un chien Border Collie dans un parc

Investir pour votre avenir – également dans le pilier 3a

De bonnes raisons de placer son épargne du pilier 3a dans des titres.
Deux femmes regardent un document

Bien prévoir, même à temps partiel

Des enfants ou une carrière? Aujourd’hui, les deux sont possibles – le monde est devenu beaucoup plus souple et le temps partiel s’est largement répandu.